Prévention des rechutes

Le dépistage et la prévention des rechutes sont des composantes fondamentales du suivi thérapeutique. La plupart des troubles mentaux sont des maladies chroniques et leur évolution comportera des rechutes plus ou moins importantes. Cette éventualité doit donc être abordée avec les patients et leur entourage, et faire l'objet d'une attention particulière, aussi bien de la part du praticien, que de la part du patient et de ses proches.

Les démarches de la prévention des rechutes consistent à :

  1. Abordez et expliquez le problème des rechutes avec le patient et sa famille ;
  2. Dépistez et évaluez la sévérité des symptômes résiduels (la présence de symptômes résiduels est un important facteur de risque de rechute) ;
  3. Identifiez précocement la réapparition des symptômes. La principale difficulté vient du fait qu'ils sont la plupart du temps très peu spécifiques (troubles du sommeil, irritabilité, anxiété...), mais on observe parfois un retour des symptômes qui ont marqué le début de la maladie ;
  4. Insistez sur l'importance du respect de la prescription médicamenteuse et des psychothérapies ; expliquez au patient et à ses proches les différents facteurs de risques favorisant les rechutes (consommation de toxiques, pathologies intercurrentes...);
  5. Identifiez les différents stress socioprofessionnels pouvant favoriser les rechutes, et expliquez au patient les principes des techniques de résolution de problèmes. Gardez à l'esprit que les événements de vie positifs, tout autant que les négatifs, peuvent être à l'origine d'une décompensation d'une pathologie psychiatrique ;
  6. Encouragez le patient à respecter un suivi médical régulier, même dans les périodes de rémission, et en cas de suspicion de rechute : adaptez le traitement, la psychothérapie et le cadre social (arrêt de travail, hospitalisation...) et augmentez la fréquence du suivi.