Psychoéducation

La psychoéducation fait partie intégrante de toute prise en charge thérapeutique de qualité et participe à l'élaboration de l'alliance thérapeutique.

Elle consiste à expliquer au patient le trouble dont il souffre et à répondre à ses questions sur le sujet. Généralement vous serez amené à le renseigner, à son niveau de compréhension, sur différents aspects de sa pathologie : prévalence, étiologie, symptômes, complications possibles, conséquences à long terme, traitements efficaces existants ou à venir et aspects positifs et négatifs de ces traitements ; et à répéter ces informations tout au long du suivi. La répétition en elle-même est une composante essentielle de la psychoéducation.

Il pourrait également être bénéfique de fournir au patient une documentation qu'il pourra emmener avec lui et consulter en cas de nécessité.

Comment procéder ?

  1. Pensez à utiliser un vocabulaire que le patient peut comprendre. Dressez une liste des symptômes et parallèlement la liste des éléments diagnostiques de la maladie. Expliquez au patient que vous pensez que ses symptômes correspondent aux éléments diagnostiques de la maladie.
  2. Expliquez au patient qu'il souffre d'une pathologie connue de la médecine, présentez-lui l'histoire naturelle de la maladie et les améliorations qui peuvent être attendues grâce aux traitements proposés.
  3. Dressez la liste des traitements disponibles et présentez au patient de façon détaillée le plan thérapeutique que vous lui conseillez. Adoptez une attitude confiante et optimiste : « Ce traitement a été efficace chez de nombreux autres patients ».
  4. Invitez-le à vous poser des questions et à discuter.
  5. N'hésitez pas à répéter les informations importantes lors des consultations ultérieures.

La psychoéducation
ou ce qu'un médecin pourrait dire à son patient

Vous trouverez ci-dessous des propositions sur ce qu'un médecin généraliste pourrait dire à un patient atteint d'une pathologie donnée, lors de la première consultation.

F10: Abus ou dépendance alcoolique

« Une consommation d'alcool raisonnable se limite à un maximum de 14 verres par semaine pour les femmes/28 verres pour les hommes. Il semble que vous buviez plus que cela. A ce niveau, la consommation d'alcool peut abimer votre foie, votre coeur et entraîner une dépression ou une démence. Notre premier objectif est d'atténuer le danger qu'implique la consommation d'alcool pour votre santé. La meilleure solution consiste à réduire le nombre de verres que vous buvez et à tenir un journal où vous indiquerez le nombre total de verres bus. Buvez de la bière légère. Espacez la fréquence de votre consommation d'alcool par des boissons non-alcoolisées. Essayez d'instaurer deux jours sans alcool chaque semaine et de limiter votre consommation d'alcool à deux verres chaque autre jour. Vous reviendrez me voir dans une quinzaine de jours et vous me montrerez votre journal. Je suis conscient que vous allez passer par de bons et de mauvais moments et que cela peut être difficile et effrayant au début, mais il faut vous accrocher et revenir me voir dans deux semaines. Une fois cette première étape accomplie, je pourrais vous aider grâce à d'autres méthodes (entretien motivationnel). »

F11: Abus ou dépendance de substances psycho-actives (sauf alcool)

(Substances psycho-actives telles que codéine, sédatifs ou marijuana ; si le patient consomme d'autres types de drogues, dirigez-le vers des services spécialisés).

« Votre consommation de drogues représente un sérieux danger et nous avons déjà discuté des problèmes que cela entraînait sur votre lieu de travail et avec votre famille. Si vous décidez d'arrêter, je vous propose de commencer par tenir un journal sur votre consommation de drogues et d'essayer de la réduire progressivement. Pourquoi ne reviendriez vous pas dans une semaine avec ce journal ? Nous pourrons alors repérer les moments pendant lesquels vous consommez de la drogue et nous chercherons à comprendre pourquoi. Par la suite, je pourrai vous aider grâce à d'autres méthodes (entretien motivationnel). »

F20-F29 : Troubles psychotiques chroniques / Schizophrénie : rechute (traitement ambulatoire)

« Nous avons parlé des difficultés que vous endurez pour vous concentrer ou vous motiver. Nous avons aussi parlé du fait que vous recommencez à entendre des voix et à avoir des idées différentes de celles de votre entourage. La reprise d'un traitement régulier peut vous aider à maîtriser ces symptômes. J'aimerais que vous acceptiez de recommencer un traitement et que je prévienne vos proches et votre psychiatre de votre situation. Nous pourrions nous revoir d'ici une semaine. A cette occasion, je voudrais que vous veniez avec votre famille ou les personnes qui vivent avec vous afin que nous puissions envisager de nouvelles stratégies pour maîtriser vos symptômes (stratégies de résolution de problèmes et entraînement aux compétences sociales). »

F23 : Trouble psychotique aigu (traitement ambulatoire)

« Vous m'avez dit que vos pensées étaient confuses et étranges et que cela vous effrayait beaucoup. Ce changement peut avoir plusieurs origines et il faut étudier cela. Je vais vous adresser à un spécialiste qui va établir un diagnostic et vous conseiller un traitement. Nous pourrions vous hospitaliser mais il est préférable que vous restiez chez vous pendant le traitement. En attendant que vous rencontriez ce spécialiste, je voudrais que vous preniez des médicaments qui vont apaiser les idées étranges et la peur qu'elles provoquent. Jusqu'à votre rendez-vous, j'aimerais vous revoir régulièrement pour m'assurer que vous allez bien. »

P.S : Il est préférable que vous preniez rendez-vous vous-même auprès d'un psychiatre, en présence du patient et de ses proches.

F31 : Trouble bipolaire (traitement ambulatoire)

« Vous m'avez donc dit que vous étiez tout à tour très énergique, très actif et euphorique puis irritable. Vous ne vous sentez plus vous-même. Je pense que vous souffrez d'une maladie appelée trouble bipolaire. Si nous ne la soignons pas, vous risquez de dépenser tout votre argent, de perturber l'équilibre de votre famille et d'une manière générale, de vous causer du tort. (En cas d'épisode chronique) Je pense que vous devriez reprendre votre traitement et, si tout se passe bien, une nouvelle hospitalisation ne devrait pas être nécessaire. J'aimerais organiser un nouveau rendez-vous avec le spécialiste qui s'est occupé de vous la dernière fois.

(En cas de premier épisode) Je voudrais avoir l'opinion d'un spécialiste. En attendant, il faudrait que vous preniez un traitement médicamenteux qui apaisera votre humeur et votre énergie. J'aimerais parler de cette maladie avec les membres de votre famille. Plus tard, je vous apprendrai quelques techniques que l'on appelle stratégies de résolution de problèmes et qui permettent de résoudre les difficultés que vous rencontrez. »

P.S : Il est préférable que vous preniez rendez-vous vous-même auprès d'un psychiatre, en présence du patient et de ses proches.

F32 Dépression (traitement ambulatoire)

« Vous m'avez expliqué que vous vous sentiez triste, que plus rien ne vous intéressait et que votre vie s'en trouvait perturbée. Ces symptômes durent depuis quelques temps maintenant et ne s'expliquent pas entièrement par les événements survenus dans votre vie comme vous pourriez le penser. Je pense que vous souffrez de dépression. Si nous ne le soignons pas, elle peut durer pendant des mois et gâcher vos projets professionnels et vos relations amicales.

(Si la dépression est modérée ou sévère) Je pense que vous avez besoin d'un traitement antidépresseur. Une fois que vous aurez commencé ce traitement, je vous apprendrai certaines stratégies psychologiques (organisation d'activités, stratégies de résolution de problèmes, thérapie cognitive) pour accélérer l'amélioration de votre état et vous aider à vous sentir bien. J'aimerais vous revoir dans quelques jours. Il serait préférable que vous reveniez avec un de vos proches afin que nous trouvions une solution pour vous aidez à vous sentir mieux.

Je peux aussi vous adresser à un spécialiste. Que préférez-vous ? »

P.S : Selon la sévérité de l'épisode dépressif du patient, il peut être préférable de prendre rendez-vous vous-même auprès d'un psychiatre, en présence du patient et de ses proches.

F40 Phobie sociale

« Depuis quelques années vous êtes devenu anxieux dans les situations sociales. Vous avez peur que les autres remarquent que vous êtes anxieux ou vous redoutez particulièrement d'être jugé ou rejeté. Vous avez peur qu'ils pensent (et peut être le pensez vous vous-même) que vous êtes faible ou incompétent et c'est pourquoi vous évitez de telles situations. Nous appelons cette maladie la phobie sociale et si nous ne la soignons pas, elle aura tendance à persister. En effet, chaque fois que vous évitez une situation, le soulagement que vous éprouvez renforce la peur vis-à-vis de cette situation et des situations similaires.

Un traitement avec des antidépresseurs apaisera votre anxiété et il sera plus facile pour vous de reprendre des activités sociales.

Je peux également vous apprendre à maîtriser votre anxiété par des techniques de contrôle de la respiration, à mieux comprendre votre réaction face à ces situations effrayantes (thérapie cognitive) et à les maîtriser en leur faisant face progressivement (technique d'exposition progressive).

Je peux aussi vous adresser à un spécialiste qui vous conseillera un traitement. Que préférez-vous ? »

F41 Trouble panique/Agoraphobie

« Vous souffrez d'attaques de panique soudaines. Votre coeur s'emballe, vous avez du mal à respirer ou vous souffrez d'autres symptômes inquiétants. Vous pouvez donc avoir peur de faire une crise cardiaque, de tomber ou de mourir lors d'une de ces attaques. Vous évitez maintenant les situations qui ne vous offrent pas de possibilité d'aide ou d'échappatoire. Nous appelons cette maladie le trouble de panique avec agoraphobie. S'il n'est pas soigné, il risque de persister car chaque fois que vous évitez une situation, le soulagement que vous éprouvez renforce la peur vis-à-vis de cette situation et des situations similaires.

Je peux vous apprendre à maîtriser les manifestations de votre anxiété par des techniques de contrôle de la respiration, à mieux raisonner votre peur grâce à la thérapie cognitive et à contrôler les situations effrayantes en leur faisant face progressivement (technique d'exposition progressive).

Les antidépresseurs apaiseront vos peurs et il vous sera plus facile de reprendre des activités sociales.

Je peux aussi vous adresser à un spécialiste qui vous conseillera un traitement. Que préférez-vous ? »

F40.2 Phobie spécifique

« De nombreuses personnes ont une peur excessive des serpents, des insectes venimeux, de l'altitude, des lieux clos, des chiens, des eaux calmes... La plupart du temps, elles supportent ces peurs depuis l'enfance et ont appris à éviter les situations qui les effrayent. Eviter la peur renforce la phobie. Si votre phobie perturbe trop souvent votre vie et vos activités quotidiennes, je peux vous apprendre à l'affronter et à la contrôler grâce à la technique d'exposition progressive. »

F41.1 Anxiété généralisée

« Vous vous inquiétez à propos d'un symptôme qui selon moi ne révèle pas de maladie grave. Vous m'avez expliqué que depuis des mois vous vous inquiétiez de façon persistante et incontrôlable pour les événements de la vie quotidienne. Vous vous sentez tendu mentalement et physiquement et cela vous épuise. Vous m'avez dit que vous viviez comme cela, avec des hauts et des bas, depuis très longtemps. Nous appelons cette pathologie l'anxiété généralisée.

Dans un premier temps, je peux vous proposer d'apprendre des stratégies psychologiques comme des techniques de contrôle de la respiration, de résolution de problèmes ou de relaxation qui vous permettront de contrôler votre inquiétude et votre tension.

Dans un second temps, si nécessaire, nous pourrons associer à ces techniques un traitement antidépresseur. (Les traitements antidépresseurs sont aussi utilisés pour soigner les troubles anxieux). Je peux également vous adresser à un spécialiste. Que préférez-vous ? »

F41.2 Trouble anxieux et dépressif mixte

« Vous m'avez dit que vous vous sentiez triste, que plus rien ne vous intéressait et que vous vous sentiez tout le temps inquiet et anxieux. Ces symptômes durent depuis quelques temps maintenant et ne s'expliquent pas entièrement par les événements survenus dans votre vie comme vous pourriez le penser. Je pense que vous souffrez d'un trouble anxieux et dépressif mixte. Si nous ne le soignons pas, il peut durer pendant des mois et gâcher vos projets professionnels et vos relations amicales.

Je pense que vous avez besoin de prendre un traitement antidépresseur et d'acquérir des stratégies psychologiques. Une fois que vous aurez commencé le traitement médicamenteux, je vous apprendrai des techniques (organisation d'activités, stratégies de résolution de problèmes, thérapie cognitive) pour accélérer votre guérison et vous aider à vous sentir bien.

J'aimerais vous revoir dans quelques jours. Il serait préférable que vous reveniez avec un proche afin que nous trouvions une solution pour que vous vous sentiez mieux.

Je peux aussi vous adresser à un spécialiste. Que préférez-vous ? »

F42 Trouble obsessionnel-compulsif

« Vous m'avez dit que vous étiez constamment assailli par des peurs pour vos proches et pour vous-même et que vous aviez des difficultés à leur résister. Pour contrôler vos peurs, vous devez vous astreindre à certains rituels, mais vous vous rendez compte aujourd'hui que les obsessions et les compulsions dominent votre vie.

Un traitement antidépresseur diminuera l'intensité de ces obsessions et il vous sera plus facile de leur résister.

Je peux aussi vous montrer comment organiser la gestion de ces compulsions (technique d'exposition progressive et technique de prévention des rechutes) et atténuer la force des obsessions pour vous sentir bien.

Je peux également vous adresser à un spécialiste qui vous conseillera un traitement. Que préférez-vous? »

F43.2 Troubles de l'adaptation

« Vous traversez une période difficile et vous vous sentez dépassé par les événements. Vous éprouvez des difficultés à faire face et vous vous sentez triste et anxieux. Je pourrais vous prescrire des médicaments qui certes apaiseraient votre nervosité mais vous empêcheraient malheureusement d'apprendre à la maîtriser par vous-même. C'est pourquoi je préférerais profiter de nos rencontres pour vous enseigner des stratégies qui accélèreront votre guérison et vous aideront à faire face aux situations futures. Ce sont des stratégies que l'on appelle gestion du stress et résolution de problèmes. »

F44 Troubles dissociatifs (de conversion)

« Je ne pense pas que vos symptômes révèlent une maladie grave. Vous savez, les symptômes que vous présentez sont parfois occasionnés par le stress ou des chocs émotionnels. Il faut rentrer chez vous vous reposer et vous reviendrez me voir dans quelques jours. Alors, nous referons le point et je vous apprendrai quelques stratégies pour faire face au stress qui semble provoquer ces symptômes (stratégies de résolution de problèmes, relaxation musculaire progressive, entraînement à la communication). »

F45 Troubles somatoformes inexpliqués

« Vos symptômes vous inquiètent, d'autant plus que personne n'en trouve l'origine. Je n'observe moi-même aucun signe d'une maladie grave. Toutefois ces symptômes sont bien réels pour vous et vous gênent dans votre vie. Je peux vous aider à vous sentir mieux par une méthode qui a déjà été efficace pour d'autres patients. Puisque nous ne trouvons pas la cause de vos symptômes, je vous propose d'acquérir des stratégies pour gérer le stress qu'ils occasionnent (stratégies de résolution de problèmes) ainsi que des méthodes de relaxation (relaxation musculaire progressive) et des techniques pour reprendre goût à la vie (organisation d'activités) et ce malgré ces symptômes. Je peux aussi vous adresser à un spécialiste qui vous enseignera ces techniques. »

F48 Neurasthénie

« Depuis quelques temps, vous vous sentez épuisé et vous vous fatiguez rapidement. Les examens médicaux n'ont pas révélé de cause médicale que nous pourrions traiter. Toutefois, de nombreux patients souffrant de ce problème l'ont résolu grâce à des techniques simples. Il s'agit par exemple d'apprendre à contrôler la douleur, à adopter une bonne hygiène de sommeil et à reprendre progressivement des activités (organisation d'activités). »

F50 Troubles de l'alimentation

« Les régimes, la boulimie et les vomissements empoisonnent votre vie et, malgré ce que vous croyez, ce ne sont pas des techniques efficaces pour contrôler votre poids. C'est un problème qui risque de durer si nous ne réagissons pas et vous risquez sérieusement de tomber malade ou de devenir dépressif. Laissez-moi vous conseiller des habitudes d'alimentation saines qui ne vous feront pas grossir. J'aimerais que vous teniez un journal de votre alimentation et que vous recensiez les événements qui vous mettent à l'épreuve. Ensuite je vous apprendrai des stratégies psychologiques qui vous aideront à vous sentir mieux et à prendre vos problèmes en main (stratégies de résolution de problèmes, thérapie cognitive et entraînement à la communication). »

F51 Troubles du sommeil

« Vous avez des problèmes de sommeil. Je ne pense pas que vous soyez malade. Il me semble plutôt que vos habitudes de sommeil ont été perturbées. Les somnifères sont efficaces mais seulement pendant quelques semaines et vous pourriez développer une dépendance. Il est donc d'abord nécessaire de restaurer une bonne hygiène de sommeil. Pour cela, je vais vous parler de quelques habitudes à prendre pour bien dormir et j'aimerais vous revoir la semaine prochaine pour faire le point. »

F52 Dysfonctionnement sexuel (homme)

« Vous éprouvez des difficultés sexuelles lorsque vous êtes avec votre partenaire. Dans un premier temps, nous allons nous assurer que ces problèmes n'ont pas d'origine physique. Ensuite, nous aurons plusieurs possibilités. Il existe des médicaments qui amélioreront votre érection. Parallèlement, il faudrait travailler sur votre confiance en vous et sur votre relation avec votre partenaire (entraînement à la communication, technique d'exposition progressive). Je peux également vous adresser à un spécialiste. »

F52 Dysfonctionnement sexuel (femme)

« Vous éprouvez des difficultés sexuelles lorsque vous êtes avec votre partenaire. Dans un premier temps, nous allons nous assurer que ces problèmes n'ont pas d'origine physique. Ensuite, plusieurs stratégies psychologiques pourraient vous être utiles. Il faudrait travailler sur votre confiance en vous et sur votre relation avec votre partenaire (entraînement à la communication, relaxation musculaire progressive, technique d'exposition progressive). Je peux également vous adresser à un spécialiste. »

F90 Troubles hyperkinétiques (trouble déficit de l'attention / hyperactivité)

« Votre enfant ne tient pas en place, il est vite distrait, impulsif et perturbe l'entourage. Il est possible qu'il souffre d'hyperactivité. Son comportement risque de le mettre en situation d'échec scolaire et pourrait amener son entourage à le déprécier ou à le juger incontrôlable. Le traitement de l'hyperactivité prend deux formes : d'une part, une prise de médicaments qui améliorera l'attention et d'autre part, la mise en place d'un environnement familial stable et sécurisant pour éviter les crises. Ces médicaments ne peuvent être prescrits que par un spécialiste. Toutefois, avec l'aide de ce dernier, je pourrais vous aider à améliorer la situation au sein de votre domicile (entraînement à la gestion parentale) et à l'école. Vous pouvez bien sûr choisir de vous limiter aux consultations avec le spécialiste. »

F91 Troubles des conduites

« L'agressivité, la brutalité, la cruauté, les vols ou les mensonges de votre enfant vous inquiètent beaucoup. Vous craignez qu'il n'en vienne à enfreindre la loi. La plupart des enfants dépassent cette phase, malheureusement pour certains, les troubles de conduites peuvent continuer à l'adolescence. Je peux vous apprendre deux stratégies qui vous permettront d'aider votre enfant (entraînement à la gestion parentale et stratégies de résolution de problèmes). Je peux également vous adresser à un spécialiste. Que préférez-vous ? »

F98 Enurésie

« Votre enfant, qui est désormais scolarisé, n'est toujours pas propre la nuit. Cette maladie s'appelle l'énurésie et il est nécessaire de la soigner. Il faudrait que vous lui accordiez des responsabilités. Par exemple, c'est lui qui devrait changer sa literie quand elle est mouillée et il faudrait qu'il note les nuits propres sur un calendrier. Il faut que vous le récompensiez quand il est propre. Si nécessaire, nous pouvons avoir recours à un système d'alarme qui le réveille lorsqu'il commence à uriner ou à une prescription d'une faible dose d'antidépresseurs qui aidera votre enfant à être propre. »

Z63-4 Décès

« La vie est difficile pour vous depuis le décès de votre proche. Un certain temps sera nécessaire avant que vous vous sentiez mieux, toutefois je peux vous donner quelques conseils pour vous aider à faire face à cet événement. »

F42 Etat de Stress Post-traumatique

« La vie est difficile pour vous depuis la survenue de cet événement. Un certain temps sera nécessaire avant que vous vous sentiez mieux, toutefois je peux vous donner quelques conseils pour vous aider à faire face à cet événement. »