Trouble affectif bipolaire
(psychose maniaco-dépressive) F31
Diagnostic en médecine générale

diagnostic du trouble affectif bipolaire à l'intention du médecin généraliste traitement de l'Etat de Stress Post-Traumatique à l'intention du médecin généraliste

Présentation des symptômes

  • Les patients présentent en alternance des périodes de dépression et des périodes d'excitation ou d'agitation.
  • Les patients ou leur entourage peuvent demander de l'aide face aux troubles du comportement ou aux conséquences socioprofessionnelles, financières ou judiciaires des phases maniaques ou dépressives.

Éléments diagnostiques

  • Phase maniaque :
    • augmentation de l'énergie et des activités, investissement excessif dans des activités agréables mais potentiellement dommageables pour le patient ;
    • accélération de la pensée, fuite des idées, logorrhée ;
    • diminution du temps nécessaire de sommeil ;
    • hyperhédonie, euphorie ou irritabilité ;
    • augmentation de la sociabilité, expansivité voire extravagance, levée des inhibitions, comportements à risque (sexuels et addictifs en particulier) ;
    • augmentation de l'estime de soi, mégalomanie, optimisme exagéré ;
    • distractibilité, fluctuations émotionnelles et thymiques ;
    • pensées ou geste suicidaires, surtout lorsque l'excitation psychique est associée à des pensées dépressives (" épisode mixte ").
  • Les troubles du comportement sont fréquents avec :
    • Retentissements socioprofessionnels : divorce, licenciement...
    • Retentissements financiers : achats inconsidérés, projets pharaoniques...
    • Retentissements judiciaires : auto/hétéro agressivité, vols, accidents...
  • Dans les cas sévères, le patient peut souffrir d'hallucinations ou d'idées délirantes (le plus souvent à thématique mégalomaniaque ou persécutoire).
  • On différencie les phases hypomanes où le patient reste relativement adapté à son environnement et les phases maniaques qui nécessitent une hospitalisation, souvent contre le consentement du patient.
  • Phase dépressive : consultez la section Dépression.
  • Un type d'épisode peut prévaloir chez un patient.
  • Les épisodes peuvent être fréquents ou séparés par des périodes d'humeur neutre.
  • Les épisodes peuvent être spontanés ou déclenchés par des évènements de vie positifs (mariage, promotion professionnelle...), négatifs (deuil, licenciement...) ou par des atteintes somatiques (infections, troubles métaboliques...).
  • Les troubles commencent le plus souvent à l'adolescence ou au début de l'âge adulte. Il existe une susceptibilité familiale aux troubles bipolaires.

Diagnostic différentiel

  • Certaines pathologies (hyperthyroïdie, syndrome de Cushing, VIH, méningo-encéphalites, syndrome frontal...) peuvent être à l'origine de symptômes d'allure maniaques. Ces causes doivent être d'autant plus recherchées que le premier épisode thymique est tardif et le patient sans antécédents de bipolarité.
  • Certains traitements (antidépresseurs, corticoïdes, L-dopa, antibiotiques...) peuvent déclencher des symptômes d'allure maniaque.
  • La consommation d'alcool ou d'autres substances psycho-actives peut provoquer ces symptômes. Si vous observez une consommation importante d'alcool ou d'autres substances psycho-actives, consultez la section sur les Troubles mentaux et du comportement liés à l'utilisation d'alcool et Troubles mentaux et du comportement liés à l'utilisation de substances psycho-actives.
  • Si les troubles de la vigilance et les hallucinations prédominent, consultez la section Delirium.
  • Si les troubles sont associés à une bizarrerie ou à des troubles du cours de la pensée, consultez la section Troubles psychotiques aigus.