Troubles du sommeil F51
Diagnostic en médecine générale

diagnostic des troubles du sommeil à l'intention du médecin généraliste traitement des troubles du sommeils à l'intention du médecin généraliste

Présentation des symptômes

  • Les patients sont perturbés, parfois sévèrement, par les effets d'un mauvais sommeil sur leur vie quotidienne.

Ne seront envisagés ici que les troubles du sommeil liés à l'insomnie, pour les troubles autres (hypersomnie, narcolepsie, parasomnies...), veuillez consulter les liens 1.

Éléments diagnostiques

  • Le patient se plaint d'un sommeil perturbé :
    • sommeil non réparateur ;
    • difficultés d'endormissement, ruminations anxieuses ;
    • réveils nocturnes fréquents ou prolongés ;
    • somnolence, troubles cognitifs, irritabilité la journée.
  • Des problèmes de sommeil ponctuels peuvent être dus à des événements stressants, des changements de rythme (décalage horaire, travail posté...) ou de lieu (altitude, niveau sonore...) de vie.
  • Ces problèmes peuvent se pérenniser sous la forme la plus commune d'insomnie chronique : l'insomnie persistante primaire.
    Le patient se plaint d'un sommeil perturbé, associé à une sensation de fatigue et des difficultés cognitives et attentionnelles la journée. Malgré une sensation subjective contraire, il n'existe en général qu'une faible somnolence diurne, le patient ayant la journée les mêmes difficultés à s'endormir qu'au coucher.
  • Des symptômes anxio-dépressifs mineurs peuvent aggraver ou résulter des troubles du sommeil.
  • Une somnolence diurne excessive (score supérieur à 10 au questionnaire d'Epworth 2) doit faire suspecter une autre étiologie : syndrome d'apnées du sommeil ou syndrome d'impatience des membres inférieurs en particulier, ou une restriction volontaire du temps de sommeil (obligations professionnelles, enfant en bas âge...) le cas échéant.

Diagnostic différentiel

  • Les problèmes de sommeil peuvent aussi révéler :
    • Si le patient souffre d'un abaissement du moral ou d'une tristesse, consultez la section sur la Dépression.
    • Si le patient souffre d'anxiété durant la journée, consultez la section sur l'Anxiété généralisée.
    • Si le patient présente une diminution inhabituelle du temps nécessaire de sommeil, associée à une excitation psychique, consultez la section sur le Trouble affectif bipolaire.
    • Si le patient souffre d'épisodes délirants (dont l'insomnie peut constituer un signe précoce), consultez la section sur les Troubles psychotiques aigus.
    • Si le patient souffre d'une inversion du rythme du sommeil (somnolence diurne et éveil nocturne) associée à des troubles cognitifs et attentionnels majeurs, consultez les sections sur le Délirium ou la Démence.
  • Ils peuvent être secondaires ou aggravés par une pathologie organique (insuffisance cardiaque ou respiratoire, pathologies douloureuses ou inflammatoires...).
  • Ils peuvent être secondaires à la prise d'un traitement médicamenteux (anti-inflammatoires, décongestifs, certains antidépresseurs...), à son arrêt (sevrage ou effet rebond d'un traitement sédatif) ou à la prise de toxiques.
  • Si le patient ronfle bruyamment, envisagez la possibilité d'un syndrome d'apnées du sommeil. Les patients souffrant d'apnées du sommeil se plaignent souvent de somnolence pendant la journée mais pas toujours d'un mauvais sommeil. Les témoignages du conjoint peuvent être utiles.
  • Si le patient se plaint de sensations désagréables des membres inférieurs associées à un besoin impérieux de les bouger, surtout le soir et au repos, envisagez la possibilité d'un syndrome d'impatience des membres inférieurs.

Références et liens

1 Polycopié national des enseignants de neurologie Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte :
http://w3med.univ-lille2.fr/pedagogie/contenu/mod-transv/module03/item43/item43poly-neuro-chap19.pdf.

2 Questionnaire de somnolence Questionnaire d'Epworth :
www.sommeil-mg.net.