Troubles somatoformes inexpliqués F45
Prise en charge en médecine générale

traitement des troubles somatoformes inexpliqués à l'intention du médecin généraliste diagnostic des troubles somatoformes inexpliqués à l'intention du médecin généraliste

Information importante pour le patient et sa famille

  • Le stress est souvent à l'origine des symptômes.
  • Il faut se concentrer sur l'apprentissage de méthodes de gestion des symptômes et non sur la recherche de leur origine.
  • Il est possible qu'il n'existe pas de traitement spécifique. L'objectif est alors d'apprendre à vivre le mieux possible avec ses symptômes.

Conseils spécifiques à l'intention du patient et de sa famille

  • Reconnaissez que les symptômes sont bien réels. Il ne s'agit pas de mensonges ou d'inventions.
  • Interrogez le patient pour savoir ce qu'il pense de ses symptômes (" A votre avis qu'elle est la cause de ces symptômes ? ") et ce qu'il redoute (" Que craignez vous qu'il arrive ? "). Le fait de poser ces questions (demander au patient ce qu'il pense de l'origine de ses symptômes) permet de signifier au patient la prise en compte de ses souffrances, et parfois de soulager ses craintes (par exemple : les douleurs abdominales ne révèlent pas forcément la présence d'un cancer).
  • Repérez les stress présents lors de l'apparition des symptômes et utilisez des techniques de résolution de problèmes pour apprendre à mieux les gérer.
  • Conseillez au patient de ne pas se focaliser sur ses inquiétudes au sujet de ses symptômes.
  • Des méthodes de relaxation pourront aider à soulager les douleurs et les autres symptômes liés à la tension nerveuse (maux de tête, douleurs dorsales ou cervicales...).
  • Encouragez le patient à pratiquer des activités agréables. Il est également préférable qu'il n'attende pas la disparition des symptômes pour reprendre ses activités habituelles. Expliquez-lui que l'arrêt des activités peut contribuer à la pérennisation des symptômes (voir organisation des activités).
  • Assurez-vous de la régularité du sommeil et de l'hygiène de vie du patient.
  • Pour les patients les plus en demande de soutien médical, des visites de routine planifiées à l'avance avec le patient pourront éviter des consultations en urgence.

Traitement

  • Evitez de prescrire des examens paracliniques ou des traitements pour chaque nouveau symptôme.
  • Le recours aux antidépresseurs peut être utile en cas de dépression associée, mais aussi pour le traitement du syndrome du colon irritable et des algies chroniques, et ceci, même en l'absence de symptômes dépressifs. Il faudra tenir compte chez ces patients d'une propension accrue aux effets indésirables.

Consultation spécialisée

  • Evitez d'adresser ces patients à des spécialistes ; ils sont mieux soignés en médecine générale.
  • Un recours psychiatrique peut être justifié surtout si le patient en fait la demande. Gardez à l'esprit que certains patients peuvent se sentir offensés d'un recours à la psychiatrie et pourraient alors vouloir s'adresser à un autre médecin.
  • Les différentes psychothérapies peuvent avoir une utilité selon le contexte, en association avec le suivi en médecine générale.

Ce qu'un médecin pourrait dire à une personne souffrant de troubles somatoformes inexpliqués.