Troubles de l'alimentation F50
Prise en charge en médecine générale

traitement des troubles de l'alimentation à l'intention du médecin généraliste diagnostic des troubles de l'alimentation à l'intention du médecin généralistee

Information importante pour le patient et sa famille

  • Un régime strict et les purges peuvent être très dangereux pour la santé. L'anorexie mentale peut entraîner la mort.
  • Insistez sur l'inefficacité des purges et des régimes draconiens pour arriver à contrôler son poids.
  • L'adoption d'habitudes alimentaires plus saines permettra au patient de mieux contrôler son alimentation et son poids.

Conseils spécifiques à l'intention du patient et de sa famille

  • Etablissez une relation de collaboration, et non de confrontation, avec le patient ; envisagez ensemble la possibilité de modifier les habitudes alimentaires et de reprendre du poids, en respectant son éventuelle ambivalence vis-à-vis de cette reprise.
  • Identifiez les problèmes relatifs à la santé actuelle et future du patient (la grossesse, les troubles cutanés ou dentaires...) et les répercussions sociales qu'entraînent les problèmes alimentaires. Utilisez des stratégies de résolution de problèmes.
  • Planifiez des repas pour chaque jour, basés sur les apports caloriques et nutritionnels recommandés. Insistez sur les modèles d'alimentation conseillés et aidez les patients à développer des idées plus réalistes vis-à-vis de la nourriture. Une consultation chez un diététicien pourra être envisagée.
  • Réfutez les croyances erronées à propos du poids, des préoccupations physiques et de l'alimentation (par exemple : les glucides font grossir) et discutez les pensées rigides (par exemple : la patiente pense que personne ne l'aimera si elle n'est pas très mince).
  • Appliquez la thérapie comportementale et cognitive et une technique de communication pour amener une gestion plus adaptée des problèmes relationnels.
  • En cas de boulimie : identifiez les situations à l'origine des crises et élaborez des plans spécifiques pour les éviter " En cas de boulimie : identifiez les situations à l'origine des crises et élaborez des plans spécifiques pour les éviter (thérapie comportementale et cognitive et technique de résolution de problèmes)..
  • Une hospitalisation peut être nécessaire en cas de complications médicales dues aux régimes ou aux vomissements.

Traitement

  • Les troubles du comportement alimentaire peuvent entraîner des atteintes somatiques nécessitant un suivi et des bilans médicaux : hypokaliémie et désordre hydroélectrique, crises d'épilepsie, hypotension artérielle, arythmie cardiaque...
  • Les antidépresseurs peuvent être utilisés pour aider à contrôler les crises boulimiques.
  • Les antidépresseurs et anxiolytiques peuvent être utilisés en cas de pathologie anxio-dépressive associée chez un patient anorexique ; ils n'auront par contre pas d'effets sur le comportement alimentaire.

Consultation spécialisée

  • Envisagez une hospitalisation en urgence en service de médecine si : IMC < 14, perte de plus de 30% du poids théorique, ou en cas de complications somatiques mettant en jeu le pronostique vital.
  • Envisagez une consultation en psychiatrie si :
    • IMC < 18 ;
    • complications somatiques ;
    • complications psychiatriques.
  • Les conflits familiaux peuvent favoriser des problèmes alimentaires. Inversement, les problèmes alimentaires peuvent entraîner des conflits familiaux. Envisagez un soutien psychologique familial, en particulier en cas d'anorexie.
  • Le soutien par la thérapie cognitive comportementale ou la thérapie interpersonnelle s'est avéré efficace en cas de boulimie.

Références et liens

Calcul de l'IMC :
http://www.doctissimo.fr/asp/quizz/visu_form_bmi.asp.

Association :
http://www.anorcri.com/news/news.php.