Troubles liés au décès d'un membre de la famille Z63.4
Prise en charge en médecine générale

traitement des troubles liés au décès d'un membre de la famille Z63-4 à l'intention du médecin généraliste diagnostic des troubles liés au décès d'un membre de la famille Z63-4 à l'intention du médecin généraliste

Information importante pour le patient et sa famille

  • Le travail de deuil est un processus psychique fondamental qui nous permet à tous non pas d'oublier nos proches, mais d'accepter leur disparition et de garder d'eux une image positive.
  • Le patient risque de passer par de nombreux états émotionnels (tristesse, anxiété, culpabilité, sentiment de révolte...) qui s'amenderont avec le temps.
  • Il est normal que le patient désire parler du défunt à de nombreuses reprises et bénéfique qu'il puisse être écouté.

Conseils spécifiques à l'intention du patient et de sa famille

  • Laissez le patient parler du défunt autant de fois qu'il le souhaite, et encouragez-le à exprimer ses sentiments librement. Il s'habitue chaque fois à la douleur et au traumatisme. N'essayez pas dans un premier temps de rationnaliser ou de contrer les émotions exprimées par le patient.
  • Expliquez-lui éventuellement les différentes phases du deuil, ou simplement que la douleur et l'indignation disparaîtront progressivement avec le temps.
  • L'évocation et le souvenir du défunt seront de moins en moins douloureux, mais le patient aura sûrement tout au long de sa vie des moments de tristesse en repensant à lui (dates anniversaires, événements de vie...).
  • Déconseillez l'isolement et encouragez les rapports et rites sociaux.
  • Abordez la question de la gestion des aspects pratiques, suggérez qu'il pourrait être bénéfique d'alléger un temps le poids de ses obligations professionnelles et sociales.

Traitement

  • En cas de symptômes anxieux ou d'insomnie invalidants une prescription d'anxiolytiques ou d'hypnotiques pour une période limitée peut être bénéfique.
  • Les antidépresseurs ne seront envisagés qu'en cas de symptômes dépressifs sévères, ou d'épisode dépressif majeur persistant deux mois après le décès.

Consultation spécialisée

  • Envisagez une consultation spécialisée en cas de dépression sévère ou si les symptômes persistent après plus de deux mois.

Ce qu'un médecin pourrait dire à une personne souffrant de troubles liés à la disparition et au décès d'un membre de la famille